N’oublions jamais: Un vétéran à commémorer

Sgt Myron Phillips, MiD (Ret'd)
Publication Date 
01 Nov 2010

Par: Slt Michelle Guertin

En ce mois du souvenir, nous avons souvent la chance de réfléchir aux nombreuses personnes qui se sont sacrifiées au nom de la paix et des libertés que nous avons aujourd’hui. Cette semaine, j’ai eu le privilège de rencontrer M. Myron Phillips; un grand vétéran de la région.

M. Phillips est né en 1916, dans le petit village de Wentworth en Nouvelle-Écosse. Il travailla comme charpentier dans la région avec une petite famille; sa femme et un fils de sept mois, lorsque la guerre fut déclarée en 1939. M. Phillips s’est joint le 8 juillet 1940. Croyant qu’il occuperait le métier d’un artilleur antiaérien, mais avant la fin de la journée il fut enrôlé comme sapeur.

À la suite de presque un an d’entraînement, M. Phillips fut en route pour l’Europe le 1er février 1941. Après avoir passé deux semaines à Halifax, le navire Duchess York l’emporta vers la maison-mère des sapeurs en Angleterre; the Cove. Avec la 13e Compagnie de Campagne de Calgary, M. Phillips a été envoyé en Sicile pour aider avec la décente de la ligne d’Hitler. À leur arrivée, les soldats n’avaient qu’un fusil chacun comme équipement. Pendant cette campagne, M. Phillips a reçu une balle à travers de son écusson par un tireur élite allemand. Lorsqu’il a été demandé s’il a été à l’hôpital, il a répondu : « Non, je ne suis pas allé à l’hôpital, et même s’il a fallu que j’y aille, je n’aurai pas été ».

Le Sgt Phillips et sa section se rapprochaient vers la frontière de la Pologne lorsqu’ils ont reçu l’ordre de se diriger vers les Pays-Bas. Tout en fournissant un soutien aux troupes blindées, M. Phillips a fait partie du groupe qui a construit le seul pont à levier dans le pays à cette époque.

Lorsque la fin arriva à grands pas, M. Phillips et sa section n’étaient pas au courant de la signature de l’Armistice. Donc ils furent très surpris lorsqu’ils ont vu une affiche disant que la guerre était finie. Ils ont continué jusqu’à ce qu’ils ont reçu le mot officiel. Par la suite, il est resté aux Pays-Bas pour aider à sa reconstruction, jusqu’à ce qu’il fut à bord de la Duchess of Bedford, en route pour le Canada.

Cet Héro de guerre, bien qu’il n’accepterait jamais ce titre, est un exemple incroyable d’altruisme et de service avant soit. Lorsqu’il fut demandé pourquoi qu’il s’était joint à l’armée en temps de guerre, il a répondu : « Parce que je croyais que je devrais être là, que je devrais aider ». L’histoire de M. Phillips ne peut être trouvée sur Google, ni dans les livres. N’oublions jamais ceux qui n’ont pas encore pu nous donner l’honneur de nous partager leur histoire.