Lt William Fernley Brundrit, 30th Fd Coy, Military Cross

Croix militaire GVIR
Le Nord-ouest de l’Europe, mars 1945
Le membres du Génie royal canadien installant le tablier le pont Blackfriars, mars 1945
Les chars traversant le pont Blackfriars vers la tête de pont près de Rees, Allemagne.
Contexte 

En mars 1945, les Alliés s’approchaient de la victoire. Le maréchal Montgomery avait besoin de la Première Armée canadienne pour ouvrir une route de ravitaillement via Arnhem afin d’alimenter le 21e Groupe d'armées pendant son avance vers le nord, vers l'Elbe. Une fois cette route prise et tenue, les Canadiens devaient « dégager le nord-est de la Hollande, la ceinture côtière [de l'Allemagne] vers l'est jusqu'à l'Elbe et la Hollande occidentale [si nécessaire] ». Pendant ce temps, une fois que la Deuxième Armée britannique gagnait l'Elbe, elle cesserait d'avancer et réorienterait toutes les forces nécessaires vers l'ouest pour « aider l'Armée canadienne dans sa tâche de dégager la ceinture côtière ».

Le 28 mars, les Canadiens traversèrent le Rhin à Rees et s’établirent dans leur tête de pont. Cette opération avait été rendue possible grâce l’ouverture inattendue du pont Blackfriars à midi. Avec ses 18I4 pieds, c'était le plus long pont Bailey construit dans le nord-ouest de l'Europe. Il avait été conçu pour transporter des véhicules militaires de classe 40, ce qui comprenaient les chars de l'époque. Les baies d'atterrissage de 34 m (110 pi) avaient été construites selon la norme de la classe de charge militaire 70 et les baies flottantes d'extrémité avaient été renforcées pour fournir une résistance supplémentaire. La section flottante complète comprenait 34 travées connectées de 42 pieds de longueur et une travée de 32 pieds. La construction de 825 mètres d'une nouvelle route avait commencé immédiatement.

La construction sur la rive rapprochée avait été confiée à la 30e Compagnie de campagne tandis que la rive éloignée était sous la responsabilité de la 29e Compagnie de campagne. La 31e Compagnie de campagne avait été chargée de la construction des baies flottantes. Chaque compagnie était appuyée par des pionniers britanniques. La construction du pont avait commencé le 26 mars à la mi-journée.  Le progrès avait a été ralenti en raison de la lenteur de la livraison des matériaux et du brouillard épais. Malgré tout, le pont avait été terminé 48 heures d’avance sur l’horaire. Au total, quelque 227 camions de matériel avaient été transbordés à mains d’hommes et quelque 9 500 heures-personnes avaient été consacrées à la construction du pont. D'une longueur totale de 1814 pieds, il avait été reconnu comme le plus long pont Bailey à l'époque.

L'officier responsable de la construction du pont Blackfriars était le lieutenant William Fernley "Bill" Brundrit de la 30e Compagnie de campagne. Le lieutenant Brundrit reçut la Croix militaire pour son courage et son leadership dans ce projet de pont, impliqué dès les premières reconnaissances jusqu'à l'achèvement de la tâche. Bill est né à Scarborough, en Ontario.  Il était un des quatre enfants de la famille. Il est décédé le 15 février 1991, à l'âge de 74 ans et a été enterré à Weston, Ontario.

Remarque:

1. Un message du C.G.R. (Lieut.-Colonel V. C. Hamilton) à la formation du 5 mai 1945, donne la longueur de ce pont à 1803 pieds, «le plus long pont Bailey du monde».

2. Le frère du Lt Brundit, le Sgt EH Brundit, servit avec les Royal Canadian Dragoons en Sicile et en Italie et plus tard dans le Nord-ouest de l'Europe où il fut tué le 4 mai 1945.

Citation 

Au cours de la dernière partie de mars 1945, le Génie de corps du 2e Corps canadien fut informé que la formation construirait le « pont Blackfriars », un pont flottant Bailey de classe 40 sur le Rhin près de Rees à la référence cartographique A0, 61515.

Le lieutenant W.F. Brundrit, de la 30e Compagnie de campagne canadienne, fut choisi comme officier chargé de la construction et, du 15 au 24 mars 1945, effectua énormément de travail sur la planification technique et organisationnelle de l'opération. Le 24 mars 1945, il effectua la reconnaissance initiale des deux rives du Rhin malgré les tirs d'obus harcelants et le danger des mines sur la rive ennemie. Cette reconnaissance était de la plus haute importance et les données obtenues ont permis de terminer la conception finale du pont. Ce fut alors évident que la longueur du pont serait d'environ 1 800 pieds et le site fut choisi au point de référence cartographique AO, 6155155.

Du 26 mars 1945 au 28 mars 1945, lors de la construction du pont et des voies d’accès, le lieutenant Brundrit travailla sans cesse, sans se soucier des bombardements, de manger et de dormir, aidant à la construction et faisant en sorte que les grandes quantités de matériel et équipements soient soit au site de travail au bon moment et au bon endroit. Lorsque le pont fut achevé à 12 heures, le 28 mars 1945, il s'endormit dans son véhicule, complètement épuisé.