Sapeur Kenneth Pratt, ancien combattant de la Deuxième Guerre mondiale, Récipiendaire de la Légion d’honneur

Spr Ken Pratt
Publication Date 
10 Jun 2014

C’est avec fierté que le Génie militaire Canadien appris que le gouvernement français a décerné l’Ordre national de la Légion d’honneur au sapeur Kenneth Pratt, un ancien combattant de la Deuxième Guerre mondiale et membre du Génie royal canadien qui a participé à la bataille pour la libération de la France. 

Ken Pratt s’est porté volontaire pour le service militaire en juillet 1940 à Prince George (C.‐B.), à l’âge de 21 ans. Il est affecté comme sapeur à la 7e compagnie de campagne du Génie royal canadien et quitte pour le Royaume‐Uni après son instruction élémentaire de sapeur à Petawawa. Son baptême de feu ennemi a lieu en 1940, en Grande‐Bretagne, lorsque le train duquel il débarquait est la cible des mitrailleuses d’un avion allemand.

Sa compagnie s’est entraînée à Farnborough, en Angleterre, puis à Brighton et pendant trois mois sur l’île Wight en vue du raid sur Dieppe, en France. Pour Dieppe, sa compagnie a reçu de l’entraînement aux explosifs, de l’entraînement de commando et de l’entraînement de nuit en vue de tâches de démolition, de déminage et d’autres tâches pour aider à l’avance de l’infanterie.

Ken a pris part au raid sur Dieppe (opération Jubilee) les 18 et 19 août 1942. Il se trouvait dans une barge avec la 7e compagnie de campagne et un char, affecté à la démolition d’un pont comme objectif principal ou à la destruction d’un pour de communication comme objectif secondaire. La barge a essuyé des tirs lorsqu’elle s’approchait de la plage; des hommes étaient tués par le ricochet des balles à l’intérieur de la péniche de débarquement avant même de débarquer. Les sapeurs transportaient de gros sacs à dos plein d’explosifs pour la démolition au lieu d’armes; ils sont donc devenus des cibles pour les mitrailleurs se trouvant dans les fenêtres de l’hôtel surplombant la plage. Ken est demeuré avec le char qui a été mis hors service sur la plage jusqu’à ce que l’ordre d’évacuation soit donné. La première barge dans laquelle Ken a embarqué a été coulée, mais la seconde a survécu à l’attaque et a été remorquée jusqu’à New Haven, en Angleterre. Ken était un des trois hommes sur les soixante de sa caserne qui est revenu; les autres ont été tués, sont disparus, ont été capturés ou blessés au combat.

La compagnie a été réassemblée et a poursuivi son entraînement en Écosse et en Angleterre en vue d’une éventuelle invasion du continent. Ken s’est entraîné à la conduite et à l’utilisation d’un camion à compresseur d’air avec la compagnie. Il se souvient d’avoir fait la démonstration du camion et de son équipement devant la Reine‐Mère, la Reine Élizabeth au cours d’une inspection.

La compagnie est arrivée en France après la première vague de débarquement du Jour J en juin 1944. Elle a vite participé aux combats lors de la bataille pour Caen dans le cadre de l’opération Overlord. Au cours de cette bataille, la compagnie de Ken était responsable du déminage, de la construction de ponts et d’autre soutien pour l’avance de l’infanterie. La compagnie a essuyé des tirs de troupes allemandes et a effectué des opérations vers l’avant sous les tirs de protection de l’infanterie qui avançait.

Lors de la bataille de la Poche de Falaise, la compagnie de Ken a collaboré avec la Black Watch pour pousser vers l’avant les lignes alliées tandis que les troupes allemandes se retiraient. Lors d’une altercation avec des troupes allemandes demeurées sur place pour harceler les forces alliées, Ken conduisait le camion à compresseur d’air arrière lors d’un convoi de nuit. Lorsque le convoi s’est brusquement arrêté, Ken est allé dans un fossé, où se trouvaient de nombreux militaires allemands prêts à prendre en embuscade le convoi. Il a immédiatement vidé sa mitrailleuse le long du fossé. Dans la bataille qui suivi, les Allemandes ont capture le convoi et tué le commandant. Avec plusieurs autres hommes du convoi, Ken a réussi à traverser un champ pour se mettre à l’abri de tirs nourris de l’ennemi. Il ont passé la nuit et la journée suivante dans un roncier tandis que les troupes allemandes battaient en retraite. Tandis qu’il essayait de revenir derrière les lignes alliéés, Ken a été blessé à une jambe par un tir de mitrailleuse. Du shrapnel a été retiré de la blessure dans un hôpital de campagne, et Ken a été évacué en Grande‐Bretagne pour guérir.

Une fois guérit, le sapeur Pratt est retourné en Europe du Nord‐Ouest au sein d’une compagnie de battage de pieux en Belgique et en Hollande. Il se trouvait à Apeldoorn, en Hollande, lorsque l’Allemagne a capitulé. Il s’est porté volontaire pour continuer son service dans la force du Pacifique avant que la capitulation du Japon mette fin à la guerre en Orient.

Ken habite actuellement à Smithers (C.‐B.) et il lui tarde d’obtenir de l’information sur les dispositions pour la présentation de cette distinction honorifique.