Sapeur Bill Nicoll ancien combattant de la Deuxième Guerre mondiale

Mr. Russell Power presents French Legion of Honour to RCE veteran Mr. Bill Nicoll. (Photo: Cape Breton Post)
Legion of Honour
Spr Bill Nicoll
Publication Date 
02 Jul 2015

Rédigé par Ken Holmes

Le Génie militaire canadien est fier d’annoncer que le gouvernement de la France a nommé le sapeur Bill Nicoll chevalier de l’Ordre national de la Légion d’honneur de France. M. Nicoll est un membre du Corps royal du génie canadien, ancien combattant de la Deuxième Guerre mondiale, qui a participé à la Libération de la France. 

Russell Power, président de la filiale no 5 de la Légion royale canadienne à Port Morien, en Nouvelle-Écosse, a remis la médaille de la Légion d’honneur à M. Bill Nicoll de Mira Gut, en Nouvelle-Écosse. Par coïncidence, la médaille a été présentée le jour du 95e anniversaire de Bill Nicoll. La médaille était accompagnée d’une lettre de l’ambassadeur de France expliquant que la Légion d’honneur est la plus haute distinction en France : « …elle est remise en reconnaissance de votre participation professionnelle à la libération de notre pays. Grâce à vous, la France se rappelle le sacrifice que vous et vos compatriotes ont fait en sol français pour libérer notre pays, plusieurs y laissant leur vie… »

Bill Nicoll s’est enrôlé à Halifax le 4 décembre 1941 et a suivi un entraînement de base au centre d’entraînement de base de l’armée canadienne no 62 à Charlottetown, sur l’Î.-P.-E. Il a ensuite terminé son instruction du génie de campagne au Centre d’instruction du Corps canadien A6 du génie à Petawawa, en Ontario. Après quoi, Bill a été affecté à la 20e compagnie de campagne du Corps royal du génie canadien posté à Winnipeg à ce moment. Peu de temps après, l’unité a été déployé outremer et est arrivée au Royaume-Uni en mai 1943. En Angleterre, l’unité a continué son instruction en vue de l’invasion du continent. La compagnie de Bill a mis le pied en Normandie le Jour J, lorsque la 20e compagnie de campagne a participé aux efforts de la force alliée grandissante à la tête de pont de Normandie. La première tâche de la compagnie a été de dégager les routes de Caen et d’appuyer la progression des forces alliées en France. La construction de ponts Bailey était une tâche courante – y compris la traversée de la Seine sous le tir continu de l’ennemi. Après la bataille de France, les membres de la compagnie ont participé à l’Opération BERLIN, le sauvetage de nuit des troupes aéroportées alliées qui se sont retrouvées encerclées près d’Arnhem après l’Opération MARKET GARDEN. Pendant l’Opération DUCK, dans le cadre de la bataille de l’Escaut, la compagnie a eu pour tâche de convoyer le personnel et l’équipement à l’aide de « storm boats », et plus tard, des « Bailey Close Support Rafts ». En Hollande, la compagnie a effectué un grand nombre de tâches de neutralisation de bombes, y compris la neutralisation de sites de lancement de bombes V-1. Une fois la guerre terminée, la compagnie est allée à Bois-le-Duc, en Hollande, pour reconstruire les ponts détruits pendant les affrontements.

Le Sapeur Nicoll est retourné chez lui en octobre 1945 et a été démobilisé. Après la guerre, il a étudié à l’Université Acadia et a obtenu un BSc en géologie. Il a ensuite travaillé pour la compagnie INCO (International Nickel Company) à Thompson, au Manitoba, pendant 25 ans, avant de prendre sa retraite à Mira Gut.

Photo : journal du Cap-Breton