Rapport des activités, Adjuc de la Branche du GMC fevrier 2015

(De gauche à droite) Le Col K.G. Horgan, CD (nouveau conseiller du service du GMC), le Mgén C.T. Whitecross, OMM, CD (ingénieur militaire en chef des FAC) et le Lcol M.A. Gasparotto, MSM, CD (conseiller sortant du service du GMC par intérim) signent les parchemins de changement de fonctions.
LCol N Pilon hands over command of 2 CER to LCol M Gasparotto under the supervision of Col Dawe, Comd 2 CMBG // Le Lcol N Pilon transfère le commandement du 2 RGC au Lcol M Gasparotto sous la supervision du Col Dawe, cmdt 2 GBMC.
Our Col Cmdt BGen DesLauriers breaking car windows. // Notre Col Cmdt, le Bgén DesLauriers, brise des fenêtres d’auto.
CFFCA Change of Command-note the unique parade marker in the bottom of the picture. // Passation de commandement de l'EPDCFC. Prenez note du marqueur de rassemblement particulier dans le bas de la photo.
CWO M Rousseau, Comdt of the RCAF Academy // L'Adjuc M. Rousseau, cmdt de l'Académie de l'ARC.
Ch Mil Engr MGen CT Whitecross and CWO Keith Jones at his retirement. // L'ingénieure militaire en chef, le Mgén CT Whitecross, et l'Adjuc Keith Jones à sa retraite.
View from Base CE Esquimalt // La vue du GC de la base d'Esquimalt
The Col Cmdt doing what he likes to do best, chatting with Engineers. // Le Col Cmdt fait ce qu'il préfère, c'est-à-dire bavarder avec des ingénieurs.
191 CEF project at the Base HQ, Comox. // Projet de la 191 ele GC au QG de la base de Comox.
La 191 ele GC a terminé la construction d’une nouvelle structure en bois d’œuvre au Filberg Heritage Lodge & Park à l’été 2014.
191 Construction Engineer Flight (191 CEF) building post & beam Filberg Park Bandstand. // La ele GC et a terminé la construction d’une nouvelle structure en bois d’œuvre au Filberg Heritage Lodge & Park à l’été 2014.
Filberg Park Bandstand built by 191 Construction Engineer Flight (191 CEF).
Publication Date 
17 Feb 2015

11 juin 2014

J’ai assisté au briefing de transfert et à la nomination du Col Horgan, le nouveau conseiller de la Branche du GMC. (De gauche à droite) Le Col K.G. Horgan, CD (nouveau conseiller du service du GMC), le Mgén C.T. Whitecross, OMM, CD (ingénieur militaire en chef des FAC) et le Lcol M.A. Gasparotto, MSM, CD (conseiller sortant du service du GMC par intérim) signent les parchemins de changement de fonctions.

 Une biographie complete du Col Horgan est attachee.

 25 juin 2014

Le Col Horgan, conseiller de la Branche du GMC, et moi avons assisté aux obsèques du Sgt Paquette, du S Carto, qui a été tragiquement tué dans un accident de véhicule motorisé. Le Sgt Paquette était un homme qui a touché de nombreuses vies. De nombreux pompiers d’Ottawa étaient présents, car il était pompier volontaire à Fitzroy Harbour. Bien sûr, des membres de son unité actuelle, le Service de cartographie, étaient présents, ainsi que des membres du 2 RGC, dont il faisait partie avent de changer de spécialité pour devenir un technicien en géomatique.

Le Col Horgan a présenté trois broches arborant l’insigne des ingénieurs et fournies par l’AGMC à la famille, qui a été très touchée par ce geste.

26 juin 2014

Le Col Horgan, conseiller de la Branche du GMC, et moi avons visité la 1 UAG à Kingston. Nous avons participé à sa journée sportive et barbecue d’au revoir, ainsi qu’à un dîner régimentaire ce soir-là qui a eu lieu au Mess des adjudants et des sergents de la BGC Kingston.

4 juillet 2014

J’ai accompagné le Col Cmdt à la cérémonie de passation de commandement 2 RGC entre le Lcol Pilon et le Lcol Gasparotto. Cela a été souligné par un défilé et un dîner régimentaires. Il s’agissait d’un grand rassemblement d’ingénieurs où de nombreuses vieilles connaissances ont été réunies et où de nouvelles amitiés ont été créées. Le régiment a eu fière allure lors du défilé, mais la cérémonie a été interrompue par des pluies torrentielles juste après la signature des documents.

7 juillet 2014

Le Col Cmdt et moi avons assisté à la cérémonie de passation de commandement pour le Commandement du renseignement des Forces canadiennes. Cette passation de commandement s’est effectuée entre les Mgén Rousseau et Wynnyk, deux officiers du Génie. Elle a eu lieu au Manège militaire de la place Cartier et a suivie d’une modeste réception. Des membres du COMRENSFC étaient sur place et pour représenter tout le commandement, y compris plusieurs membres du Service de cartographie.

15 juillet 2014

Le Col Cmdt et moi avons assisté à la cérémonie de départ dans la dignité du Mgén Rousseau. Le Col Cmdt a présenté son certificat du GMC au Mgén Rousseau.

16 juillet 2014

Le Col Cmdt, le conseiller de la Branche du GMC et moi avons assisté à la passation de commandement de l’École des pompiers et de la défense CBRN des Forces canadiennes (EPDCFC).

Nous sommes arrivés en après-midi et, après le souper, nous nous sommes rendus dans l’aire d’entraînement et avons observé l’entraînement de nuit NQ3. On nous a immédiatement mis à l’ouvrage et nous avons dû briser des fenêtres et découper des voitures. Après cela, nous avons utilisé les camions et les lances d’incendie et observé les NQ3 qui luttaient contre un incendie dans une maquette d’avion de ligne à réaction et se livraient à l’évacuation des victimes.

Le lendemain, la cérémonie de passation de commandement a eu lieu entre les Maj Chartrand et Anderson. Pour illustrer la nature unique de cette école, des membres du personnel se sont rassemblés en tenue de feu et en tenue DNBC pour situation prioritaire.

Le rassemblement a été suivi par un dîner régimentaire fort agréable au Mess des adjudants et des sergents de la BFC Borden.

Pendant notre séjour à la BFC Borden, nous avons également visité l’Académie de l’ARC. Le commandant de l’Académie est l’Adjuc Marty Rousseau, un ingénieur du métier de pompier. Sa mission est de renforcer l’ARC en créant des leaders compétents grâce à l’offre de cours exceptionnels et exhaustifs de leadership à tous les MR appartenant à l’ARC.

L’Académie offre de l’instruction en matière de leadership et de gestion, élargit la sensibilisation au patrimoine de l’Aviation royale canadienne (ARC) et favorise l’acquisition d’une connaissance générale du service et de qualités professionnelles par les militaires du rang. Elle le fait en offrant des cours de qualification de base de la Force aérienne (QBFA), de qualification élémentaire en leadership (QEL), de qualification principale de la Force aérienne (QPFA), de qualification intermédiaire de la Force aérienne (QIFA) et de chef supérieur de la Force aérienne (CSFA).

Plus de 1 000 personnes étudient chaque année à l’Académie, qui a récemment obtenu une mention élogieuse à l’intention d’une unité des FC pour son œuvre.

Il est certain que l’Adjuc Rousseau est plus qu’en mesure d’accomplir la mission qui lui a été confiée comme commandant de l’Académie et vous pouvez en apprendre davantage à l’adresse suivante : L’Adjuc M. Rousseau, cmdt de l’Académie de l’ARC. Passation de commandement de l’EPDCFC. Prenez note du marqueur de rassemblement particulier dans le bas de la photo. http://www.rcaf-arc.forces.gc.ca/en/16-wing/air-command-academy.page http://www.rcaf-arc.forces.gc.ca/fr/16-escadre/ecole-commandement-aerien...

31 juillet 2014

Le Col Cmdt, le conseiller de la Branche du GMC et moi avons assisté à la passation de commandement du Service de cartographie (S Carto) du Lcol Vandenberg au Lcol Nickerson.

4 septembre 2014

Le Col Cmdt, l’ingénieure militaire en chef et moi avons assisté à la cérémonie de départ dans la dignité de l’Adjuc Keith Jones. Entre autres, il a été Adjuc du GMC, Adjuc de la base d’Edmonton et M. Nimègue. Cette activité a eu lieu dans le Mess des Sgt et des Adj du QGDN. C’était un excellent hommage à un homme qui a consacré les 40 dernières années de sa vie à notre service. Des présentations ont été faites et beaucoup de bonnes paroles ont été prononcées, surtout par son épouse, Patsy.

Du 16 au 19 septembre 2014

Le Col Cmdt et moi avons visité la Colombie-Britannique. Nous avons commencé par Esquimalt, où nous avons rendu visite au J Génie adjoint de la FOIP, le Maj Harris. Elle dispose d’environ quatre personnes et a la tâche peu enviable de s’occuper des opérations terrestres, et de donner les conseils en matière de génie afférents, dans un QG axé sur l’aspect maritime. Le fait que la FOIP ne dispose d’aucune troupe, car tous les ingénieurs de la C.-B. appartiennent à la MRC, à l’Armée ou à l’ARC, rend la situation encore plus compliquée. Parmi les opérations de routine, citons les activités de NEM, la prévention d’avalanches et la SAR. Il existe également plusieurs plans de contingence touchant une gamme de catastrophes naturelles (séismes, inondations, incendies, etc.) Les principaux problèmes qui ont fait surface découlaient du fait que l’O GC B est également le J Génie de la FOIP, mais la charge de travail élevée de l’O GC B laisse peu de temps pour les tâches de J Génie. Des opérations comme un séisme, qui nécessitent de la planification et de l’action du J Génie et du GC B, seront très difficiles, car ces mêmes ingénieurs soutiennent la base et le cmdt FOIP. Le J Génie dispose d’une équipe de géomatique comprenant deux personnes, mais une d’entre elle est l’OGM et sera affectée ailleurs sans être remplacée. Une équipe de géomatique de deux personnes est déjà très petite, alors avec un seul responsable on ne peut pas vraiment parler d’équipe. Avec une capacité aussi limitée, il sera très difficile de maintenir le niveau de soutien actuel.

De là, nous avons visité le service de levés hydrographiques, une sous-unité du S Carto. Il s’agit d’une unité très spécialisée qui permet à la Marine de disposer de renseignements de navigation à jour. La modélisation en trois dimensions et les graphiques sur lesquels elle travaillait étaient très impressionnants. Ce produit est conçu pour soutenir les opérations sous-marines de la même façon que les survols que nos équipes de géomatique effectuent pour les opérations terrestres.

Après, nous avons rencontré un groupe de pompiers en service dans la MRC à bord de navires ou à l’école de prévention des dommages. Il est certain que les pompiers dans la Marine sont confrontés à certaines difficultés relatives à la Marine et à leur façon de faire. L’incertitude est également présente car la MRC a commencé à retirer les pompiers des navires. Pour ce groupe, l’incertitude des affectations et de l’emploi dans l’avenir et le manque de familiarité avec la Marine a eu un grand effet négatif sur le moral.

En après-midi, nous avons visité le GC de la base et la troupe de construction navale du Pacifique (TCNP).

La TCNP est une petite troupe comprenant tous les métiers de la construction. Son seul problème est qu’elle comprend beaucoup plus d’apprentis que de compagnons pour les superviser. Cela entraîne certains problèmes en termes de travail, mais il semble que l’équipe les gère bien et que tout le monde termine leur formation en cours d’emploi et leur livre de NQ4. Aucune plainte n’a été formulée relativement à des retards en matière de cours en raison d’un manque de supervision. La seule frustration exprimée au Col Cmdt touchait notre insistance qu’un ouvrier détienne la qualification NQ5 (PP2) avant un déploiement. Cela entraîne des complications dans une situation déjà difficile en ce qui a trait à la supervision des apprentis. Les apprentis ont demandé pourquoi ils n’étaient pas autorisés à être déployés. S’ils peuvent être supervisés par un compagnon au Canada, ne pourraient-ils pas l’être également en déploiement? La vue du GC de la base d’Esquimalt

Nous nous sommes ensuite rendus à Comox, où nous avons visités les ingénieurs en construction de la base, les ouvriers de la 191e Escadrille du génie construction (191 ele GC) et le commandant de l’escadre.

La 19e Escadre Comox est la première base au Canada à être transférée au Groupe des opérations des biens immobiliers dans le cadre de la transformation du SMA(IE). Le succès dans cette escadre nous aidera à faire en sorte que nous ayons du succès à l’échelle nationale alors que nous poursuivons la transformation et la mise en place des capacités opérationnelles finales du Groupe des opérations des biens immobiliers.

Le GC B Comox est responsable de la base principale ainsi que de trois autres sites locaux et de deux lieux d’instruction satellites.

La valeur totale des projets de Comox est d’environ 238 millions de dollars. Son problème est que, au fil de la diminution des budgets, les projets d’horizon 2 accusent de cinq à sept ans de retard. Plusieurs de ces projets sont essentiels pour le soutien direct des opérations, comme le garage pour véhicules de ravitaillement, qui est maintenant trop petit pour les nouveaux véhicules de ravitaillement qui ont été achetés.

La base a également un problème en matière d’infrastructure. Il existe un projet de revitalisation des services routiers et souterrains et cela signifie la démolition d’un bâtiment de casernes. Par malchance, il s’agit du meilleur bâtiment de caserne de la base et, une fois démoli, il n’en restera qu’un seul, qui est condamné. La perte de ce bâtiment n’a pas seulement des répercussions sur les militaires célibataires qui veulent habiter sur la base, mais également sur l’efficacité opérationnelle, car elle nuit à la capacité d’accueillir du personnel en renfort.

À titre de mesures temporaire, de nouveaux logements pour célibataires ont été érigés, mais la capacité n’est pas suffisante pour répondre à la demande, surtout en période de pointe.

De plus, tous les projets de plus de 1,5 million de dollars comprennent les mêmes mécanismes régulateurs que les projets de 40 millions de dollars. Ce processus Le Col Cmdt fait ce qu’il préfère, c’est-à-dire bavarder avec des ingénieurs. Projet de la 191 ele GC au QG de la base de Comox. supplémentaire crée souvent des retards dans les projets. La dotation des postes libres est également un problème et n’a été autorisée que récemment. Les responsables ont du mal à trouver des personnes qualifiées pour combler les postes libres et ont également du mal en raison de l’écart de salaire entre le marché d’emploi civil et ce que le MDN peut payer. Tous leurs postes de NQ3 sont comblés, mais comme la TCNP, ils ont le problème de ne pas avoir suffisamment de superviseurs sur le terrain.

Nous avons ensuite quitté le GC de la base pour nous rendre au poste d’incendie. Le Col Cmdt et moi avons rencontré le Capt Paradis, chef des pompiers, et nous avons eu l’occasion de parler aux pompiers du poste. Le poste d’incendie dispose de tout le personnel nécessaire et aucune plainte importante n’a été formulée. Ses membres disposent de nouveaux camions et de nouveau matériel et sont bien formés. Nous avons discuté de l’entraînement de pompiers et de sa programmation actuelle, de même du temps nécessaire pour devenir qualifié. La plupart des pompiers étaient d’avis que le cours pourrait être raccourci et qu’une plus grande partie de l’instruction pourrait être offerte dans les postes d’incendie locaux.

Notre dernier arrêt à Comox a été la 191e escadrille du génie construction (191 ele GC). Il s'agit d'un groupe d’ouvriers déployables qui offrent une capacité extraordinaire aux FAC. Ils ont réalisé plusieurs projets locaux aux alentours de la base et dans la communauté. Le projet le plus notoire a été la construction d’un kiosque à musique au parc Filberg. Cette remarquable structure en bois d’œuvre a été construite pour la communauté et bon nombre d’habitants de la vallée de Comox en profitent quand ils se rendent au parc Filberg pour des concerts ou des pièces en plein air. Par le Lt Jean-Philippe Côté, cmdt 191 ele GC. La 191 ele GC a terminé la construction d’une nouvelle structure en bois d’œuvre au Filberg Heritage Lodge & Park à l’été 2014. Les travaux ont consisté en la démolition de la vieille scène de béton et des fils électriques. Après la préparation du sol, les membres de l’escadrille ont préparé des moules pour couler du nouveau béton. La construction a nécessité la distribution d’un nouveau service électrique et le déplacement du panneau électrique. Une fois la base terminée, la 191 ele GC s’est attaquée à la construction de la structure principale en bois d’œuvre. Deux membres de l’escadrille ont dû suivre un cours d’un mois pour être prêts. La construction par charpente en bois d’œuvre, ou « construction à poteaux et à poutres ») est une méthode de construction à l’aide de gros bois d’œuvre au lieu de bois de construction de dimensions courantes, comme 2 po X 4 po. Essentiellement, ces structures consistent en des madriers assemblés avec circonspection et dont les joints sont maintenus par de grosses chevilles de bois. À l’aide d’une grue, les membres de la 191 ele GC ont levé les lourds madriers et ont érigé la massive structure, qui pèse 27 000 livres. La construction du toit et l’installation des fils électriques étaient les dernières étapes de la construction de la nouvelle scène.

À partir de Comox, nous nous sommes rendus au 6e Escadron du génie du 39 RGC. Nous avons été accueillis par son commandant, le Capt Piers, au manège de North Vancouver. Notre rencontre avec les chefs de l’escadron a été excellente et nous avons parlé d’une foule d’enjeux touchant les réserves.

En ce qui a trait à l’instruction, nous avons parlé du temps que les réservistes doivent passer en instruction pour devenir qualifiés. Le but de former les réservistes selon les normes de la Force régulière est louable, mais inatteignable et irréaliste. Encore une fois, la conversation a porté sur la définition de ce que les réservistes doivent faire et à leur donner accès à l’instruction requise pour leur permettre d’accomplir leur travail. La définition de la mission et des compétences permettra de raccourcir les cours et de faire en sorte que les réservistes soient qualifiés plus rapidement. Nous avons également parlé de la possibilité d’exporter une partie de l’instruction au niveau de l’unité, lui permettant ainsi d’être offerte au manège encore une fois, réduisant ainsi le temps passé loin du foyer tout en offrant l’instruction à un moment plus opportun.

Nous avons parlé à un réserviste qui avait suivi son cours de recrue et son cours d’ingénieur de campagne en un seul été. Maintenant, quand un réserviste s’enrôle, son cours de recrue est donné au niveau de la Bde les fins de semaine d’automne. Cela signifie que l’aspirant réserviste travaillera presque chaque fin de semaine entre la fête du Travail et Noël, ce qui est beaucoup pour n’importe qui.

Le calendrier du cours de PP3 était également préoccupant. Il se donne en mars et cela fait en sorte qu’il est presque impossible pour les réserves d’obtenir un militaire qualifié pour obtenir le grade d’Adj. En gros, les réservistes ont environ quatre ou cinq ans pour suivre la majorité de leurs cours. Ils sont en général des étudiants et, une fois leurs études terminées et leur carrière civile commencée, ils n’ont pas le temps de suivre de longs cours militaires ou des cours qui ne s’inscrivent pas dans leur horaire de congés. Lorsque quelqu’un commence une carrière civile, il est généralement au bas de l’échelle et ne dispose pas de beaucoup de congés. Il ne peut généralement également pas choisir ses congés. Ai on combine ce problème avec des aspects personnels comme le temps de s’occuper de sa famille, il peut être très difficile pour le réserviste d’avancer dans sa carrière militaire. L’équilibre entre la vie personnelle, le travail et la Réserve peut être si difficile à atteindre, en fait, que les Réserves perdent bon nombre de leurs membres formés pendant cette période.

En passant, à la dernière conférence de la direction du CGRC, le cmdt de l’école a indiqué que cet élément était prioritaire et qu’ils croyaient avoir trouvé une bonne solution pour le PP3 pour les réservistes.

Au final, nous devons modifier l’instruction parce que ce que nous faisons maintenant pour les réservistes ne fonctionne pas. Il semble que tout le monde convient que les réservistes ne peuvent pas être entraînés selon les mêmes normes que les membres de la Force régulière. Il est également convenu qu’il n’y aura que très peu de réservistes dans une Roto 0, ce qui donnera aux réservistes le temps de terminer l’instruction nécessaire avant de commencer l’instruction préalable au déploiement.

L’autre grande préoccupation découlant de nos discussions est la mise sur pied du personnel de soutien de la force régulière (PSFR). Le 39 RGC est maintenant un régiment comprenant trois escadrons, mais il ne compte qu’un officier du PSFR et trois Adj PSFR. Un seul officier du PSFR chargé de soutenir un régiment comptant trois escadrons répartis à l’échelle de la Colombie-Britannique, alors que chaque escadron s’occupe de sa propre instruction, n’est ni réaliste ni suffisant. Chaque escadron devrait disposer d’un officier et d’un Adj. Cela a déjà été le cas, mais la situation a changé à un moment donné. Les unités ont grossi, alors que le PSFR qui leur est affecté pour soutenir leur instruction a diminué. Il ne s’agit pas d’un problème proprement du génie, mais le soutien administratif a également été confronté au même type de problèmes. Un Sgt commis administratif est un superviseur de salle des rapports et est peut-être un bon superviseur de SR, mais ce Sgt n’est pas un commis-chef et ne dispose pas du niveau d’expérience d’un CC.

Adjuc du GMC