Les ingénieurs de l’opération Renaissance 13-1

Op RENAISSANCE 13-1 Logo
Publication Date 
13 May 2014

Rédigé par le Sgt Pascal Johanny et le Maj Ryan Gregg

Une multitude de pays se sont empressés d’aider les Philippines après que le typhon Yulanda (Haiyan), la plus puissante tempête enregistrée à jamais avoir touché terre, a fait ses ravages dans le pays. La tempête a causé des dommages importants à l’infrastructure et a coûté la vie à plus de 6 000 personnes. Le Canada a répondu à l’appel et a déployé l’équipe d’intervention en cas de catastrophe (EICC) le 12 novembre 2013 comme Force opérationnelle interarmées (FOI) Philippines. La composante des ingénieurs de la FOI Philippines se composait d’ingénieurs de divers métiers, provenant d’unités des quatre coins du Canada. Le 4e Régiment d’appui du génie à Gagetown a fourni la plus grande partie des ingénieurs au déploiement, mais l’équipe comprenait aussi des ingénieurs du QG de la 1re Division du Canada, du 2e Régiment du génie de combat et de la BFC Comox. L’élément des ingénieurs comprenait toutes les capacités de génie prévues dans le CONPLAN Renaissance : un quartier-général, une équipe de soutien en géomatique, des membres du génie de combat, de l’équipement lourd, des ingénieurs en approvisionnement en eau et des membres du génie de construction. Toutes ces capacités ont donné à l’EICC une équipe de soutien équilibrée, capable et hautement efficace.

Dès leur arrivée sur l’île Panay, les ingénieurs et leur équipement essentiel sont embarqués dans des véhicules des Forces armées des Philippines (FAP) et ont quitté l’aéroport d’Iloilo, à destination de leur nouvelle demeure, le stade de la ville de Roxas. Personne n’était vraiment prêt pour la destruction monumentale constatée partout dans le pays.

« Dès notre sortie des limites de la ville, nous avons constaté l’incroyable ampleur des dommages. Il est devenu très rapidement évident que nous aurions beaucoup de travail devant nous pour aider les habitants locaux à rebâtir leur vies. Il a fallu 7 heures pour que le convoi avance de seulement 250 km en raison des fils qui pendaient très bas et des routes très endommagées, ce qui a tout mis en perspective maintenant que nous comprenions vraiment à quel point le pays avait besoin de notre aide. Nous sommes arrivés au stade tard dans la soirée et avons commencé à travailler immédiatement. Le stade de la ville de Roxas allait devenir notre foyer et notre zone de rassemblement pour le prochain mois. »

– Sgt P. Johanny, cmdt de la section des sapeurs

Le jour suivant, des ordres étaient donnés et des tâches étaient assignées. Comme ils sont habitués à être les « premiers arrivés, derniers partis », tous les ingénieurs savaient très bien qu’ils allaient être occupés du tout début jusqu’à la toute fin.

Section de construction

La section de construction, commandée par le Sgt Scott Alberts, se composait de divers métiers de construction, dont entre autres des électriciens, des plombiers et des charpentiers. De façon générale, ils devaient améliorer les conditions de vie à l’intérieur du stade tout en fournissant de l’aide immédiate en matière de construction à la population touchée. Dans la zone d’opérations, le système de distribution électrique était complètement détruit, laissant ainsi les habitants locaux sans électricité pendant des semaines. Les génératrices et les pompes à eau ne fonctionnaient pas, ce qui entraînait un besoin urgent d’eau et d’électricité. Les dommages aux bâtiments et autres infrastructures étaient catastrophiques, laissant une grande majorité de gens sans abri et sans lieu de travail. Les ingénieurs de construction se sont concentrés sur les mesures visant à sauver des vies et ont ainsi été déployés dans des hôpitaux et des écoles pour réparer les génératrices, régler les problèmes de plomberie et réparer les toits effondrés. Ces efforts ont eu des répercussions très positives sur la population locale en rétablissant des services médicaux durables et en assurant la réouverture d’écoles locales comme abris d’urgence. La section de construction a également réussi à établir des conditions de vie fonctionnelles et hygiéniques pour l’EICC. Les membres de l’équipe sont devenus des héros lorsqu’ils ont réussi à installer des douches, qui fonctionnaient sans problèmes. Le moral des militaires est passé de bon à incroyable.

Section d’approvisionnement en eau

La population de l’île de Panay avait un énorme besoin d’eau potable propre; les ingénieurs avaient donc comme priorité de faire fonctionner les systèmes de purification d’eau par osmose inverse (SPEOI) de l’EICC. Le Sgt de reconnaissance du génie et le commandant de la section d’approvisionnement en eau avaient de la difficulté à trouver des sources d’eau adéquates dans le terrain accidenté et dans les trous d’eau saumâtre et teintée pour commencer à faire de l’eau potable. Une fois que des sources adéquates ont été trouvées, la section d’approvisionnement en eau a été obligée de se séparer et a été mise à rude épreuve alors qu’elle travaillait sur trois sites différents qui devaient produire et distribuer de l’eau de façon indépendante aux municipalités respectives. En plus de la visite de ravitaillement quotidienne du Tech Méd Prév, les trois détachements appuyés par les équipes de sécurité des FAP ont travaillé presque complètement seuls dans des endroits très austères tout au long du déploiement. Des défectuosités d’équipement et une pénurie de pièces de rechange ont causé des défis, mais les ingénieurs ont trouvé des solutions à ces problèmes et les opérations ont continué. En tout, plus de 500 000 litres d’eau potable propre ont été distribués aux Philippins qui en avaient tellement besoin.

La section de matériel lourd et de campagne

Les opérateurs de la section de matériel lourd et de campagne travaillaient en collaboration, formant toutefois deux équipes différentes; leurs tâches étaient principalement de dégager les arbres et les débris des routes et des terrains communautaires. Ces tâches ont été effectuées de façon continue tout au long de l’opération. La quantité des dommages combinée à une température extrêmement chaude et humide rendaient ce genre de travail intense très difficile. L’équipe s’est procuré de nouvelles scies à chaînes plus grosses, pouvant couper de très gros arbres, ce qui a facilité le travail un peu. Le véhicule polyvalent du génie (VPG) s’est avéré l’une des plus importantes ressources au sol. Il était très mobile et facilitait le dégagement d’arbres tombés et de débris lourds, ce qui permettait aux équipes de progresser rapidement. Les monteurs de ligne de l’entreprise locale de distribution électrique ont joué un rôle vital parmi les équipes de dégagement puisqu’ils étaient en mesure d’évaluer les dommages et de retirer des rues et des arbres le nombre infini de lignes électriques qui étaient tombées. À la fin de l’opération, les équipes avaient dégagé environ 131 km de routes et nettoyé de nombreux secteurs d’écoles et de marchés communautaires.

Équipe de soutien géomatique

L’équipe de soutien géomatique était composée de deux personnes, l’Adj Chris Deveau et le Cplc Steeve Roussin, et leur présence a permis de grandement renforcer les capacités de la FOI Philippines. Tout comme le reste du QG FOI, l’équipe était branchée directement au centre de coordination régional dans l’immeuble Capiz Provincial Capital building dans la ville de Roxas, où elle fournissait du soutien direct à tout l’effort humanitaire. Cela incluait la production de cartes et d’aides visuelles non seulement pour la FOI Philippines, mais aussi pour les responsables du gouvernement des Philippines, le Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA) et pour une multitude d’organisations internationales et d’organismes non gouvernementaux (ONG). Pour un bon nombre des organisations présentes, ces capacités n’avaient jamais été si facilement accessibles en situation de catastrophe auparavant. L’équipe de géomatique avait peine à s’acquitter de ses tâches compte tenu de la très grande demande pour leur travail; à la fin de l’opération, elle avait imprimé plus d’un kilomètre de cartes placées bout à bout.

Camp d’évacuation pour le déversement de pétrole à Estancia

Pendant la catastrophe qu’a été le typhon, une autre catastrophe s’y est ajoutée. En effet, pendant l’opération, le typhon a causé un immense déversement de pétrole qui a rendu une grande partie de la ville d’Estancia inhabitable en raison des fumées toxiques et de la contamination du sol. Au cours de cette situation chaotique, on a demandé aux ingénieurs d’aider les Médecins Sans Frontières (MSF) à construire un camp d’évacuation pour plus de 3 000 personnes sans abri. Le ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement avait fait don de 500 tentes aux MSF pour ce genre de situation, alors il semblait de mise que ce soit les militaires canadiens qui les montent. Le Sgt Pascal Johanny a pris la tête d’une équipe de sapeurs, d’opérateurs d’équipement lourd et d’artilleurs, et a dirigé la construction d’un camp pouvant accueillir 3 000 personnes dans seulement 6 jours. Les opérateurs d’équipement lourd ont creusé, sur une distance de plus de 500 m, des fossés de drainage, 24 fosses, 6 larges fosses de compost, et ont effectué d’autres travaux en terre. Les sapeurs et les artilleurs ont monté 115 grandes tentes et ont dégagé les débris. À la fin de la construction, le camp était une grande source de fierté et de réussite pour les sapeurs et représentait un niveau de coopération sans précédent entre les Forces armées canadiennes et les MSF.

Route Libacao

Vers la fin de l’opération, la plupart des ingénieurs de la FOI Philippines se trouvaient dans la municipalité de Libacao, où la seule route qui reliait le centre principal du village à un nombre de communautés isolées avait été gravement endommagée par le typhon. La troupe mixte de génie, commandée par le Lt James Morrison, a reçu la difficile tâche d’améliorer la route de façon temporaire pour permettre aux camions lourds de livrer les fournitures de secours essentielles aux communautés isolées. La section de campagne a dégagé les arbres et les débris au sol, alors que les opérateurs d’équipement lourd ont rempli de nombreuses brèches et nivelé des sections de route. Le Sgt de reconnaissance Sheldon Hawe devait évaluer les ponts endommagés par le typhon et, dans un cas en particulier, il a conçu un pont non standard qui devait être capable de supporter le poids de camions lourds. De larges arbres d’acajou ont été utilisés pour les nouvelles longrines du pont et le bois pour le tablier du pont a été usiné sur place. Une fois que la construction a commencé, il a fallu moins d’une journée pour terminer le pont. Les habitants étaient si heureux des efforts des sapeurs qu’ils leur ont préparé un festin pour les remercier.

De merveilleuses réussites

La Force opérationnelle interarmées Philippines a terminé ses opérations le 15 décembre 2013, mais, selon la tradition des ingénieurs, les sapeurs ont continué à dégager les routes et à traiter l’eau jusqu’à un jour plus tard. Les ingénieurs de la FOI Philippines ont fait une importante contribution à ce qui a été une mission humanitaire très réussie. La gratitude exprimée par la population locale et le gouvernement des Philippines, qui comprenait de nombreuses affiches disant simplement « Merci Canada », a fait en sorte que le travail acharné et les sacrifices personnels en ont valu la peine. L’équipe se souviendra toujours des relations d’amitié créées avec les Philippins.