Le sapeur Donald Somerville, ancien combattant de la de la Deuxième Guerre mondiale recevra la médaille de la Légion d’honneur de France

Sapper Donald Somerville
Canadian troops moving through Caen after D-Day
French Legion of Honour awarded to Spr Somerville
Canadian Second World War veteran Don Sommerville, 92, of Mississauga, Ont., visits the grave of friend Cpl. W.A. Martel following a commemorative ceremony at Holten Canadian War Cemetery in Holten, Netherlands, on Monday, May 4, 2015, on the eve of the 70th anniversary of the Liberation of the Netherlands. Photo by Sean Kilpatrick/ Canadian Press
Publication Date 
05 May 2015

Le Génie militaire canadien est fier d’annoncer que le gouvernement de la France présentera la médaille de l’Ordre de la Légion d’honneur au sapeur Donald Somerville, un ancien combattant de la Deuxième Guerre mondiale et membre du Corps royal du génie canadien qui a participé à la bataille de la libération de la France. Nous prenons les dispositions nécessaires pour organiser une cérémonie en avril. 

Le sapeur Donald Taylor Somerville s’est enrôlé dans le Corps royal du génie canadien en février 1941 au sein de la 9e Compagnie de campagne. Après avoir terminé son entraînement de sapeur à Petawawa, il est allé en Angleterre en juillet 1941, en compagnie de son unité dont le nouveau nom était : la 1re Compagnie de construction d’unités de la base canadienne du CGRC. Il a passé les trois années suivantes en Angleterre à s’entraîner et à travailler sur des projets de construction pour l’Armée canadienne et la Défense de la Grande-Bretagne avec son unité. En mai 1944 il a été réaffecté à la 23e Compagnie de campagne, dont les membres s’entraînaient en Angleterre depuis deux ans en attente du rôle important qu’ils s’apprêtaient à jouer dans l’invasion de l’Europe.

L’histoire de Donald est présentée en détail sur le site Web suivant : http://www.strijdbewijs.nl/donald/somerville.htm

Le 11 juillet 1944, Donald débarque du navire Liberty, M.S. Lee Overman, sur les rives de la plage Juno, en France. La plage était remplie de bateaux, l’eau était envahie de débris et il y avait encore quelques corps de soldats tombés pendant les affrontements du Jour J.

Au début, les dommages causés par la guerre n’étaient pas très évidents dans le secteur. Toutefois, l’équipe a rapidement constaté l’ampleur des dégâts lorsqu’elle s’est rendue en périphérie de Caen. La 23e Compagnie de campagne s’est mis au travail et a dégagé les routes pour les alliés partout dans la ville de Caen, et ce, même si elle était régulièrement sous tirs ennemis puisque le territoire était encore fortement contesté. Les principales responsabilités des membres étaient de neutraliser les mines, de remplir les nids-de-poule et de procéder à des travaux de terrassement et de démolition en vue de créer la fameuse route « Andy’s Alley ». Après avoir dégagé cette route, ils ont construit le pont Reynold sur l’Orne, nommé ainsi en hommage au capitaine George Reynold, un membre de la compagnie qui a été tué juste avant la construction.

La 23e Compagnie de campagne a continué ses travaux de construction de routes jusqu’au 27 août, lorsqu’elle a reçu pour mission d’effectuer un franchissement d’assaut sur la Seine, près de Pont-de-L’arche avec la 4e Division blindée. Puisque Donald et son équipe avaient suivi un entraînement intensif concernant les Storm Boats britanniques en Angleterre, le franchissement d’assaut s’est avéré une réussite, et ce, malgré les tirs occasionnels d’artillerie et de mortier.

À partir de ce moment, la 23e Compagnie de campagne a procédé au transport des alliés par traversier jusqu’au 31 août. Les membres de la compagnie ont ensuite eu la tâche de construire un pont sur la Seine, ce qu’ils ont accompli en moins de 24 heures. La compagnie a ensuite appuyé l’avancement en Belgique et en Hollande. Puis, elle a joué un important rôle dans l’opération BERLIN concernant l’évacuation des derniers membres de la 1re Division aéroportée britannique en passant par le Rhim inférieur. Donald a été blessé en Hollande. Après avoir repris ses fonctions, il a terminé la guerre au sein de la 20e Compagnie de campagne.

Après la guerre, Donald est retourné au Canada et a été démobilisé. Il a ensuite repris une partie de la ferme familiale qu’il a obtenue grâce à la Loi sur les terres destinées aux anciens combattants. Pendant la Guerre de Corée, Donald a contribué à la fabrication de l’avion d’entraînement Lockhead T33 à Canadair. Ensuite, il a occupé une variété de différents emplois, en plus de passer 17 ans à travailler pour General Electric.

Donald continue de jouer un rôle important dans la commémoration de la contribution de la 23e Compagnie de campagne dans la Deuxième Guerre mondiale. Il est un membre actif de la Légion royale canadienne. Son premier voyage en Hollande a eu lieu en 1990, à l’occasion du 45e anniversaire de la libération de la Hollande. Ce voyage a solidifié ses liens avec ce pays. Depuis, il y est retourné à quatre autres reprises, soit en 1999, en 2005, en 2010 et en 2014. Don attend avec impatience son prochain voyage en Hollande qui aura lieu en mai 2015, à l’occasion du 70e anniversaire de la libération de la Hollande, où il pourra fièrement montrer sa nouvelle médaille de la Légion d’honneur de France.