La marche de Nimègue évolue, un pas à la fois

Le Cplc Justin Pike (à gauche), la Cplc Angela Abbey et le Capt David Tischhauser, membres de l’équipe no 2 de la région de la capitale nationale pour Nimègue, durant le marathon d’Ottawa, qui a eu lieu le 29 mai. Les membres de l’équipe ont participé à la marche de 42 km du marathon dans le cadre de leur entraînement préparatoire en prévision de la prochaine marche de Nimègue.
Publication Date 
12 Jul 2011

« Alouette, gentille alouette, alouette, je t’y plumerai. Je t’y plumerai la tête, et la tête, alouette, ahh. Je t’y plumerai les yeux, et les yeux, et la tête, alouette, ahh. »

Ce sont les paroles de l’une des chansons entendue alors que les membres du contingent des FC, en provenance de partout au Canada, se préparait à participer à la 95e marche internationale de quatre jours de Nimègue (ou Vierdaagse).

C’est ainsi que, du 19 au 22 juillet, le contingent des FC, formé de 190 militaires et mené par le Brigadiergénéral John C. Madower, sillonnera les campagnes et les rues achalandées des Pays-Bas dans le cadre de la marche de quatre jours. Les participants parcourront quotidiennement 40 km. La marche de Nimègue est un événement annuel exigent qui rassemble environ 45 000 marcheurs en provenance de 50 pays, de même que plus d’un million de spectateurs.

La marche a été créée en 1909 en vue d’améliorer la capacité des soldats d’infanterie à parcourir de longues distances en portant de lourdes charges. Depuis, l’événement a pris de l’ampleur pour devenir la plus grande épreuve de marche militaire au monde. Les FC y participent depuis 1952.

En participant à la marche, les FC font le lien avec le rôle important joué par le Canada dans le passé en ce qui concerne la paix la sécurité sur le continent européen, et elles démontrent que leur engagement se poursuit aujourd’hui. C’est également l’occasion pour les membres du contingent canadien de démontrer et d’améliorer leur leadership, leur esprit d’équipe et leur forme physique, et ce, dans des conditions physiquement et mentalement épuisantes.

« Les FC ont l’habitude d’exceller dans le cadre de cet événement. Elles représentent extrêmement bien le Canada. Leur réussite découle de la remarquable préparation des participants, en tant qu’individus et en tant qu’équipe », explique le Bgén Madower. « L’an dernier, 88 % du contingent canadien participaient à la marche pour la première fois, et 99 % des participants ont réussi à atteindre le fil d’arrivée. Fouler le même sol que les Canadiens qui ont combattu pour libérer les Pays-Bas nous rend tous fiers d’être canadiens. »

« Même s’il est chargé d’histoire, l’événement continue d’évoluer », indique le sergent-major régimentaire Keith Jones. « Cette année, la marche nous permet de consolider nos relations communautaires et d’améliorer nos cérémonies commémoratives. Par ailleurs, nous avons la chance de compter parmi nous des militaires des FC qui se rétablissent de blessures parce qu’ensemble, nous sommes plus forts! »

Cette année, le contingent canadien, parrainé par le chef du personnel militaire, compte également parmi ses membres quelques dignitaires invités, ainsi qu’un solide cadre de soutien composé de personnel médical et de musiciens, qui sont essentiels au succès de la marche.

Marcher 160 km en quatre jours peut sembler une tâche ardue. Pour tous les marcheurs de Nimègue, toutefois, le chemin de la réussite se parcourt un pas à la fois.