L’Ex Nihilo Sapper: La préparation opérationnelle

Sappers of 4 ESR build a 24-metre MGB // Sapeurs du 4 RAG construisent un PM de 24 mètres
MCpl Don Read works to construct an abatis of wire and trees // Le Cplc Don Read construit un obstacle
Publication Date 
15 Jan 2014

Du 'La Feuille d’érable Janvier 2014, Volume 17, Numéro 1'

Pendant que des soldats du 4e Régiment d’appui du génie (4 RAG), de Gagetown, au Nouveau-Brunswick, montaient à bord d’un avion pour aller soutenir les mesures de secours internationales aux Philippines, plus de 400 militaires du régiment et de ses unités de soutien s’entraînaient pour être toujours prêts eux aussi.

Au cours du mois de novembre, des soldats de la 1re Unité d’appui du génie et des stagiaires de l’École du génie militaire des Forces canadiennes se sont joints aux soldats du 4 RAG pour participer à l’exercice NIHILO SAPPER. Ce dernier était conçu pour préparer le régiment du génie à apporter rapidement un soutien technique aux mesures de secours humanitaires et aux missions de combat, au pays et à l’étranger. En latin, nihilo signifie créer quelque chose à partir de rien, alors que « sapper » (sapeur en français) est le terme militaire employé pour désigner les soldats du génie de l’Armée canadienne.

L’exercice, qui s’est déroulé à la base de soutien de la 5e Division du Canada, à Gagetown, portait notamment sur les tâches suivantes : la construction d’un camp pouvant héberger 300 personnes et de ponts à poutres moyens, la fouille de villages, la construction de postes d’observation et de fortifications surélevés et le blocage de routes au moyen d’obstacles. Les sapeurs ont également éprouvé leur capacité d’ouverture d’itinéraire de circonstance en plus de tester leur aptitude à trouver et à neutraliser des dispositifs explosifs improvisés.

« Ça montre combien votre travail est important, a dit aux soldats le brigadier-général Nicolas Eldaoud, commandant de la 5e Division du Canada. Vous devez toujours être prêts, parce qu’on ne sait jamais à quel moment on aura besoin de vous ». Le lieutenant-colonel Chris Ayotte, commandant du 4 RAG, a dit de NIHILO SAPPER qu’il s’agissait d’un exercice important visant à préparer ses sapeurs à « être les premiers à arriver sur les lieux » lorsque les soldats canadiens participent à un déploiement.

Avant l’arrivée du gros des soldats, les sapeurs doivent évaluer la situation et, au besoin, ériger des fortifications et éventuellement réparer l’infrastructure, dont les routes, les ponts, ainsi que les systèmes de communication et d’alimentation en eau et en électricité.

Au cours de l’ex NIHILO SAPPER, par exemple, les sapeurs du 4 RAG ont mis sur pied un purificateur d’eau par osmose inverse, ce qui leur a permis d’éprouver leur capacité d’établir rapidement un système de traitement d’eau à la fine pointe capable de purifier toute eau, peu importe sa source. Il s’agit d’ailleurs du même système que celui utilisé par les sapeurs du 4 RAG déployés aux Philippines après le passage du typhon Haiyan.

« Cet exercice nous permet de nous préparer aux responsabilités de notre roto zéro, affirme le Lcol Ayotte. L’exercice à Gagetown en novembre est toujours exigeant. Naturellement, les sapeurs se sont montrés à la hauteur et je suis persuadé que, à la fin de l’exercice, nous aurons atteint tous nos objectifs. »