James Melville, l’homme qui a introduit le coquelicot au Canada

Poppy Campaign banner
Brigadier J.L. Melville, OBE, MC, ED, CD – Canadian Military Engineers Colonel Commandant (1962-1973)
Publication Date 
10 Nov 2015
Extrait du journal Ottawa Citizen, datée 4 novembre 2014
 
 
La campagne du coquelicot est arrivée au Canada grâce à un soldat d'Ottawa, le brigadier James Melville. Il a été ingénieur de métier, qui a combattu pendant les deux guerres mondiales. Melville a travaillé à des postes dans les ministères fédéraux traitant des vétérans jusqu'à sa retraite en 1958.
 
Lors de son retour de combat durant la première guerre mondiale, il était le directeur d'un atelier à Ottawa mis en place pour les employés handicapés des anciens combattants. Il a obtenu les droits de fabrication sur le symbole du coquelicot dans les années 1920 pour les épinglettes soient produites par les anciens combattants. Les profits des coquelicots sont allés à l'appui des anciens combattants et leurs familles, comme ils le font encore aujourd'hui. « J'ai promis... que nous produirions sur une base non lucrative », Melville a déclaré au Journal d’Ottawa en 1978. « Et j'ai tenu cette promesse. »
 
Les descendants de Melville qui vivent à Ottawa sont fiers de leur lien avec le coquelicot. « C'était vraiment une personne parmi des millions, » dit Nancy Melville Lockwood, la petite-fille de Melville. "Il a touché tant de vie humaine. Il avait évidemment tant fait pour le pays et tant contribué d'une façon militaire. » Et, ajoute-t-elle, il était un merveilleux grand-père aussi.
 
Melville était un immigrant écossais, qui aimait son pays d'adoption avec acharnement, dit-elle. Ses cinq petits-enfants passaient de grandes parties de l'été avec lui au lac McGregor au Québec, où il a suivi le même rituel chaque année pour l'ouverture du chalet familial. "Tous les étés nous nous tenions autour du mât de drapeau à son chalet. Il hissait le drapeau canadien et nous chantions l’O Canada. Il était tellement fier d'être canadien, ce qui était intéressant parce qu'il était un immigrant ».
 
Nancy Lockwood a seulement découvert le rôle de son grand-père dans la campagne du coquelicot après sa mort, quand elle a lu un album d’informations sur sa magnifique carrière qui comprenait un article de journal sur la campagne du coquelicot. « J'étais un peu surprise que personne nous avait parlé de cette histoire »
 
(*) Le brigadier Melville a porté le titre de colonel commandant honoraire du Corps du Génie Royal Canadian de 1948 à 1962. Son titre honorifique a été changé à celui de colonel commandant le 20 septembre 1962 et il a poursuivi ses activités à ce titre jusqu’en 1968. Il était si respecté, au moment de l’unification des trois services, qu’il a continué d’agir à titre de colonel commandant pendant l’évolution du Génie militaire canadien.