Il y a 100 ans dans les tranchées

Lieutenant Duncan Bell-Irving, CE KIA 25 February 2015
Draft #1 6 Fd Coy, CE in Front of Their Armoury, August 1914
Publication Date 
24 Feb 2015

D'après les notes de Major Vince Larocque, CD (Ret'd)

 

Le 25 février 2015

Le lieutenant Duncan Bell-Irving est né en Angleterre le 3 janvier 1888 et est arrivé à Vancouver avec ses parents en avril de la même année. Il a fait ses études à Vancouver et a obtenu son diplôme du Collège militaire royal à Kingston, en 1908. Il est retourné en Colombie-Britannique, où il a été stagiaire auprès de M. G.H Dawson, arpenteur-géomètre de la C.-B., l’ancien Arpenteur général, obtenant sa commission en tant qu’arpenteurgéomètre de la C.-B. en 1913. Il a établi un partenariat avec le capitaine K.C.C Taylor, O.S.D., arpenteur-géomètre de la C.-B., sous le nom de « Taylor and Bell-Irving » de Vancouver.

Il travaillait dans le cadre d’une enquête du gouvernement sur la rivière Naas lorsque la guerre a commencé. Il est immédiatement retourné à Vancouver pour s’enrôler. Il a quitté avec le premier groupe de Vancouver Nord à titre de lieutenant de la 6e Compagnie de campagne du Corps du Génie royal canadien en direction de Valcartier. Il est arrivé en France en janvier 1915 avec la 1re Division du Canada à titre de commandant de section dans la 2e Compagnie de campagne du Corps du Génie royal canadien. (À cette époque, une compagnie de campagne avait trois sections composées d’environ 60 membres de tous les grades.)

Le soir du 25 février, il travaillait dans les tranchées, à 100 verges des lignes allemandes en compagnie de quatre autres sapeurs. À 23 h 30 les Allemands ont ouvert le feu sur le chantier de travail avec des carabines et des mitrailleuses. Le Lieutenant a été atteint mortellement à la tête par la balle d’un tireur d’élite.

Le Lt Bell-Irving a la distinction peu enviable d’être le premier membre de la 2e Compagnie de campagne, le premier officier canadien du génie et le premier officier de la C.-B. à prendre la vie au combat. On l’a enterré le jour suivant dans la cour d’un hôpital de campagne. Un grand nombre d’officiers de compagnie, de sousofficiers et de sapeurs ont assisté aux funérailles aux côtés des membres de sa section qui ont agi à titre de porteurs. Le caporal Stanley Fenwick, un sous-officier de la section qui se trouvait avec le lieutenant au moment de sa mort, a déclaré qu’il était « une très bonne personne. »

Voilà 100 ans que le Lt Bell-Irving est mort au combat. Prenons un moment pour nous rappeler tous les membres de notre communauté de sapeurs qui sont mort en service pour notre pays.