Murmures et ombres dans la nuit – Des ingénieurs sauvent des forces aéroportées

Op BERLIN Memorial, Driel

Un monument commémoratif à Driel, aux Pays-Bas, rend hommage aux sapeurs canadiens et britanniques qui ont pris part à une opération méconnue de la Deuxième Guerre mondiale, l’opération Berlin. Elle consistait en l’évacuation des dernières troupes aéroportées britanniques et polonaises de l’autre côté du Rhin pendant la nuit du 25 au 26 septembre 1944, après l’échec de l’opération Market-Garden.

Un des objectifs de cette opération était la capture des ponts sur le Rhin entre Eindhoven et Arnhem par des forces aéroportées britanniques, américaines et polonaises. Le plan complet est maintenant connu à jamais grâce au film Un pont trop loin. La 1st Airborne Division britannique devait capturer les ponts les plus septentrionaux au-dessus du Rhin inférieur à Arnhem et ils ont été parachutés à l’Ouest d’Arnhem à 13 h, le 17 septembre 1944. Ces 11 000 militaires devaient tenir le pont d’Arnhem pour un maximum de deux jours jusqu’à l’arrivée du 30e Corps, mais finalement, la division aéroportée a tenu sa position pendant neuf jours et seulement 740 des 11 000 militaires ont atteint l’objectif. Les tentatives des forces terrestres alliées de rejoindre les forces aéroportées encerclées ont échoué et la seule possibilité était d’évacuer les restes de celles-ci à l’aide de petites embarcations sur le Rhin inférieur à la faveur de la nuit. Quatre compagnies de campagne de sapeurs ont été affectées à l’opération Berlin : les 260e et 553e des Royal Engineers et les 20e et 23e du Corps royal du génie canadien.

L’opération devait commencer à 22 h le 25, mais les compagnies de campagne étaient parties plusieurs heures plus tôt et avaient traversé des positions ennemies jusqu’à la rive Sud du Rhin inférieur. Dans un climat exécrable et sous les tirs constants des mitrailleuses, des pièces d’artillerie et des mortiers allemands, les bateaux ont traversé à plusieurs reprises ce fleuve large et agité pendant la nuit. L’évacuation s’est poursuivie jusqu’au lever du soleil, qui a forcé la fin de l’opération.

En tout, 1 755 militaires alliés ont été tués, et plus de 3 000 hommes ont été blessés et sont devenus des prisonniers de guerre. Plusieurs centaines de ceux-ci se sont évadés avec l’aide de la résistance néerlandaise. L’opération Berlin a permis de secourir quelque 2 500 militaires aéroportés. La 23e compagnie de campagne a récupéré la majorité des parachutistes assiégés en traversant le fleuve avec environ 150 bateaux remplis.

Sept membres de la 23e compagnie de campagne ont été tués, quatorze blessés et cinq décorés pour leurs actes héroïques. Le monument à l’opération Berlin a été dévoilé lors du 44e anniversaire de l’opération, en 1989. Il arbore l’inscription « They were just whispers and shadows in the night » (ils n’étaient que des murmures et des ombres dans la nuit), la formulation employée par un parachutiste britannique pour décrire ces sapeurs héroïques.