Ingénieurs au Pays du Matin Calme

Date 
Jun 25
Plant operations in Korea

La guerre de Corée a présenté un défi majeur aux ingénieurs militaires en raison de la nature du terrain. La Corée était une terre de montagnes entrelacées de rizières dans les vallées et il y avait peu de routes capables de supporter un trafic militaire intense et soutenu. La région était également susceptible à de fortes pluies durant les moussons qui ont détruit des routes et des ponts chaque année. En 1950, le 57e Escadron de campagne indépendant était la première des unités du Génie royal canadien de l'Armée canadienne à être placée au centre de ces problèmes dans le cadre du 25e Groupe-brigade d'infanterie canadienne.

La conquête du terrain dépendrait de l'équipement de terrassement et la capacité d'équipement lourd canadien au sein du 57e Escadron de campagne indépendant était une « section de parc » qui comprenait de l'équipement comme des bulldozers, des pelles frontales, des grues, des niveleuses et des camions à benne. Lorsque la 1re Division du Commonwealth a été formée à partir des éléments de l'Australie, du Royaume-Uni et du Canada, nos ingénieurs se sont joints au 28e Régiment du Génie de campagne, des Ingénieurs Royal. Les éléments d'équipement lourd des trois pays ont ensuite combiné leurs capacités au sein de la troupe de parc du 64e Escadron de campagne de parc, IR.

Alors que les éléments du génie similaires parmi les brigades du Commonwealth ont été réunis en une unité divisionnaire au début du conflit, le mélange d'équipement et d'un système d'approvisionnement utilisant à la fois les canaux américains et britanniques présentait ses défis. La bonne formation, l'ingéniosité et l'initiative du Canada ont toutefois joué un rôle déterminant dans le maintien de l'équipement lourd opérationnel. Finalement, l'équipement canadien est devenu principalement de fabrication américaine et la principale source de pièces de rechange passait par l'armée américaine.

Les tâches auxquelles étaient confrontés les ingénieurs étaient formidables. Des routes devaient être construites et entretenues sur ce qui semblait être des rizières sans fond et sur les pentes abruptes des montagnes; le bois a été coupé pour les positions défensives; des traversiers fluviaux étaient exploités; des aérodromes ont été construits; des tunnels ont été creusés pour des travaux défensifs. En plus des autres tâches normales de l'ingénieur, cela signifiait qu'il y avait peu de repos pour les sapeurs.

Toutes ces tâches nécessitaient un équipement lourd et les demandes étaient de plus en plus nombreuses. L'état-major de la division a réussi à acquérir l'équipement supplémentaire et cela signifiait qu'il fallait plus d'opérateurs. Le sapeur canadien s'est avéré très habile à utiliser de l'équipement lourd et l'unité du génie royal canadien a été fréquemment attaquée à la recherche d'opérateurs potentiels. Les Canadiens sont rapidement devenus l'épine dorsale des opérateurs d’équipements du régiment.

Le 57e escadron de campagne a été remplacé successivement par le 23e escadron de campagne et le 59e escadron de campagne [renommé 4e escadron de campagne] et le 3e escadron de campagne - chacun en rotation après un an de service. Tout comme dans tant de fois dans le passé, « les vieux ingénieurs boueux » se sont avérés être une valeur totale pour leur service en Corée, car leurs capacités opérationnelles d'équipement aident à surmonter les défis du terrain coréen et de l'action ennemie.