Le projet d’assainissement de Goose Bay a atteint un sommet

Plantation de végétaux dans la terre humide artificielle, escarpement sud de la BFC Goose Bay, T.-N.-L
Vue aérienne des piles de débris du projet de l'escarpement sud de la BFC Goose Bay, T.-N.-L. La majorité des débris de métaux a été envoyé à une usine de recyclage.
nstallation du rideau de palplanches dans une enceinte de confinement, escarpement sud de la BFC Goose Bay, T.-N.-L.
Aération du sol contaminé par des hydrocarbures pétroliers à l'aide d'un godet trieur au parc de résevoirs supplémentaire de la BFC Goose Bay, T.-N.-L.
Publication Date 
14 Nov 2017

Du CDC au Travail Octobre 2017, Vol. 16, no. 4

Après plus de 12 ans de travaux menés dans le cadre de l’un des plus importants projets environnementaux du ministère de la Défense nationale, les activités réalisées à la BFC Goose Bay ont atteint un sommet cet été avec l’assainissement des milliers de mètres cubes de sol contaminé.

« Ce fut vraiment la période la plus intense des travaux d’assainissement à Goose Bay », a expliqué Annette Murphy, chef d’équipe, Services environnementaux, de CDC à Halifax.

C’est en partie en raison de la quantité de sols à traiter et de la distance qui sépare Goose Bay des sites d’élimination que nous avons déterminé que la bioremédiation était le moyen le plus efficace pour assainir la plupart des sols afin qu’ils atteignent des niveaux sécuritaires.

La bioremédiation exige que le sol soit excavé, placé dans des andains, aéré, puis enrichi de nutriments qui briseront les hydrocarbures qui contaminent la terre. Ces piles sont labourées, retournées, aérées et enrichies jusqu’à ce qu’il soit possible de les réintroduire sur le site. Durant cette saison des travaux, trois importants marchés de bioremédiation ont été mis en œuvre afin d’assainir environ 46 000 m3 de sol contaminé.

Pour ce qui est des sols contaminés aux BPC d’un autre site, une installation de lavage des sols a été installée. L’installation concentre les BPC dans un faible volume de sol de manière à ce que seulement deux à trois pour cent des sols doivent être acheminés à l’extérieur du site, le reste de la matière pouvant être retourné sur le site.

Ce ne sont pas les seuls travaux qui ont réalisés cet été à Goose Bay. Un important projet d’assainissement et de gestion des risques, qui comprenaient le retrait des débris de surface et submergés, le confinement sur place, le recouvrement des sols contaminés, l’aménagement d’une terre humide artificielle, etc., a également été mis en œuvre.

« Ce n’est pas le type de projet auquel vous avez l’occasion de participer très souvent », a indiqué Mme Murphy, en faisant référence à l’ensemble du projet d’assainissement de Goose Bay. Le premier marché concernant l’assainissement de Goose Bay a été attribué en 2005. Lors de l’achèvement du projet en 2020, c’est plus de 50 marchés qui auront été attribués en vue de l’assainissement de plus de 100 sites contaminés.