Exercice NORTHERN SAPPER

Ex NORTHERN SAPPER Igloo
Ex NORTHERN SAPPER
Ex NORTHERN SAPPER
Ex NORTHERN SAPPER
Ex NORTHERN SAPPER
Ex NORTHERN SAPPER
Ex NORTHERN SAPPER
Ex NORTHERN SAPPER
Publication Date 
05 May 2015

Exercice NORTHERN SAPPER

Rédigé par le Lt Harty (42), le Lt Tholl (43) et l’Adj Ryall (48)

Encore une fois, la 5e Escadre Goose Bay et la province de Terre-Neuve-et-Labrador ont accueilli à bras ouverts le 4e Régiment d’appui du génie (4 RAG) dans la région nordique du Canada, dans le cadre de l’exercice annuel NORTHERN SAPPER.

Au cours de la dernière semaine de janvier, le 4 RAG a envoyé un groupe précurseur, du matériel par voie routière et des ressources humaines à bord de deux principaux vols. Ils sont arrivés sains et saufs, non sans problèmes liés aux conditions météorologiques. L’entraînement avancé sur la guerre en hiver semblait avoir commencé plus tôt que prévu!

Heureusement, le régiment s’est joint au Centre météorologique interarmées (CMI) pour enregistrer les mesures et supplier les dieux de la météo de nous aider. La température s’est avérée coopérative pour la majorité de l’exercice, ce qui a rendu le froid un peu plus tolérable, et notre entraînement encore plus enrichissant.

La troupe de logistique du 48e Escadron de service de soutien au combat (SSC), dirigée par le Capt Simon Bowser, s’est afférée en arrière-plan pour s’assurer que tous les membres avaient le nécessaire de survie pour l’entraînement dans un climat subarctique. Le Cplc Blaine Mahar et le Cpl Andrew Arsenault se sont rendus plus tôt dans la communauté de Nain pour effectuer tout le travail de logistique. Bien qu’il fasse froid à Goose Bay, la température à Nain était assurément plus glaciale. Ils ont même croisé un ours polaire. Soit, il n’était plus vivant, mais sa mort ne remontait pas à bien longtemps.

L’exercice consistait en une simulation de déploiement de l’Unité d’intervention immédiate (UII) en vue de récupérer les composants d’un faux missile Tomahawk que les résidents locaux avaient dit apercevoir en théorie. Lorsque les membres du régiment sont arrivés à Nain, ils se sont joints aux membres du 5e Groupe de patrouilles des Rangers canadiens (5 GPRC) pour établir la meilleure façon de récupérer les composants. Un peu plus de 30 membres du 42e Escadron de campagne, composé principalement de membres de la 1 Tp, en plus du personnel du 5 GPRC, sont partis à pied le lendemain, le plan finalisé de récupération des composants en main. Après avoir patrouillé et cherché pendant 4 jours, le groupe a retrouvé deux composants de missile et les a neutralisé avec l’aide des membres du 43e Escadron de lutte contre les dispositifs explosifs de circonstances (43 Esc C-DEC).

En tout, ils ont marché 40 km avec des toboggans et ont fait face à des températures allant jusqu’à -52 degrés Celsius. Leur séjour dans la communauté de Nain a pris fin avec une journée de célébration où ils ont assisté et pris part à des jeux et des repas inuit traditionnels. Les Rangers ont mis en commun leurs expériences et ont participé aux tâches allant de la conduite en motoneige, à la pêche sur glace. Ils ont été une partie intégrante des efforts qui ont mené au succès de la patrouille.

Une section d’ingénieurs polonais ayant de l’expérience en neutralisation des explosifs et des munitions (NEM) et une section de Rangers du 5 GPRC se sont jointes au 43 Esc C-DEC tout au long de l’exercice. Les Rangers se sont avérés une ressource importante en raison de leur connaissance détaillée de la région et des techniques de survie en hiver de niveau avancé. Pendant l’exercice, les Rangers et les militaires polonais ont eu l’occasion de participer à diverses tâches de génie et de NEM.

Suivant la patrouille à pied, le 43 Esc C-DEC s’est rendu à la zone d’entraînement pour effectuer des activités de NEM et de démolition ainsi qu’un entraînement au tir avec des armes légères alors que la 2 Tp du 42e Escadron de campagne effectuait une patrouille embarquée de trois jours en motoneiges. Au cours de la deuxième journée de patrouille, la troupe a effectué une recherche à pied et a récupéré un autre composant du missile détruit.

À Goose Bay, les troupes ont eu l’occasion d’occuper une position de défense et de construire des fortifications de neige utilisés comme cibles pour démontrer le pouvoir de destruction des petites armes à feu. Les troupes ont également construit des abris improvisés qui ont été mis à l’épreuve lorsque le vent a atteint une vitesse de 110km/h.

La dernière partie de l’exercice concernait l’apprentissage des techniques de survie au camp allemand de Goose Bay. Les membres du 5 GPRC ont appris à l’escadron comment pêcher sur glace et comment apprêter la « prise de la journée ». Au camp allemand l’escadron a également construit des routes de glace. Chaque section a été guidé tout au long du processus de construction afin d’acquérir de l’expérience sur la préparation, la construction et l’amélioration de la route.

La troupe de maintenance du 48 Esc SSC avait ses propres défis à relever. Les 68 motoneiges du 4 RAG n’ont pas tombé en panne autant de fois qu’au cours des années précédentes. Toutefois, puisque le régiment était isolé, il lui était difficile de trouver et d’acheter les pièces nécessaires pour réparer les véhicules en panne. Comme à l’habitude, la troupe de maintenance s’est montrée à la hauteur et s’est assurée que le régiment puisse aller de l’avant avec l’exercice.

Travaillez fort et profitez de la vie. CHIMO!