Encore une rivière à franchir …

M. Hamilton presents copy to HCol Gil Taylor, Toronto Scottish // M. Hamilton remet un exemplaire du livre au Col hon Gil Taylor du Toronto Scottish Regiment  Photo: Sgt Peter Moon
Book Cover // Couverture du livre
Sherman Tank launched Bailey Bridge
Publication Date 
25 Feb 2016

« Encore une rivière à franchir …» Le Génie de l’Armée canadienne est enfin honoré pour son travail accompli pendant la campagne d’Italie (1943-1945)

Le 17 novembre 2015, au Royal Canadian Military Institute, à Toronto, Malcolm Hamilton a lancé son livre intitulé Yet Another River to Cross – The Royal Canadian Engineers in the Italian Campaign 1943-1945.

Inspiré par les expériences vécues par son père en Italie, le co-auteur Malcolm W. Hamilton avait tout d’abord décidé de faire la chronique du travail du Génie de l’Armée canadienne, dans l’intention de rédiger un article de revue. Le père de M. Hamilton s’était joint au Corps royal du génie canadien (CRGC) en Sicile en octobre 1943 avec le grade de capitaine et il était devenu major intérimaire sur la ligne gothique vers la fin de 1944.

Le fils Hamilton a eu le bonheur de bénéficier de l’aide précieuse du major Bill Milhausen, COJ (ret), qui avait souvent servi avec feu son père en Angleterre, en Sicile et en Italie. Par ailleurs, un appui de tout premier ordre lui a été fourni par le Lcol Ken J. Holmes, CD (ret), reconnu généralement comme étant l’historien non officiel du Génie militaire canadien.

Ce qui devait être un article de revue est finalement devenu un livre novateur qui décrit une campagne dont on a souvent dit qu’elle avait été « la guerre des sapeurs », en raison des défis considérables relevés par le génie face à d’innombrables obstacles.

Au cours des quelque dix dernières années, les Canadiens en sont venus à mieux comprendre les rôles du génie au combat – en raison surtout de la tâche bien connue qu’il a remplie en Afghanistan, consistant à neutraliser les engins explosifs improvisés – mais l’histoire n’a pas dit grand-chose sur ce que le génie militaire et ses sapeurs ont accompli pendant la Seconde Guerre mondiale. Nombreux sont ceux qui n’en savent pas beaucoup sur la façon dont les sapeurs ont réussi en quelques heures à peine à construire des ponts malgré les attaques ou ont pu neutraliser des centaines de mines antichar et antipersonnel pendant la nuit, sous les tirs de l’ennemi.

Le public canadien est bien renseigné sur le Jour J et sur les combats qui ont fait rage dans le nord-ouest de l’Europe, mais beaucoup ignorent presque tout du rôle de la campagne d’Italie dans le cadre de l’effort allié global déployé pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils ne se rendent pas compte que les troupes canadiennes ont combattu pendant 19 mois en Italie, soit au moins six mois de plus que celles qui ont lutté dans le nord-ouest de l’Europe, et que de nombreux soldats qui ont connu le baptême du feu en Sicile ont livré bataille dans toute l’Italie et jusque dans le nord-ouest de l’Europe, passant ainsi près de deux ans au combat. Ils ne se savent pas que les courageuses actions des Alliés pendant la campagne d’Italie ont retenu là plus de 20 divisions allemandes qui n’ont donc pas pu lutter en France et dans le nord-ouest de l’Europe. Ils ne savent pas que ces soldats canadiens en Italie étaient appelés « les D-Day Dodgers » (ceux qui ont évité le Jour J), un affront qui fait encore mal aujourd’hui.

Le livre est somptueusement illustré de photographies prises entre 1943 et 1945. On y voit aussi des dessins montrant comment les sapeurs exécutaient leur travail, y compris une image détaillée expliquant comment faire un « trou de souris » pendant les combats désespérés menés de maison en maison et d’une pièce à l’autre dans des villes telles qu’Ortona. Le livre nous éclaire sur le rôle que le Génie royal canadien a joué en Italie, en racontant succinctement quelques opérations typiques exécutées par les sapeurs canadiens en Sicile et en Italie. Ces exemples aident à mettre en lumière les réalisations des sapeurs dans des situations de combat toutes armes ainsi que le leadership et la bravoure extraordinaires de ces soldats. Les récits s’accompagnent d’excellentes photos et cartes marquées qui aident à faire comprendre la « guerre des sapeurs » qui a caractérisé la campagne d’Italie.

Le livre a d’abord été imprimé en un nombre limité d’exemplaires. Il en existe 20 exemplaires cartonnés destinés aux bibliothèques, etc. et 180 à couverture souple pour distribution. L’ouvrage sera remis aux personnes qui feront un don à un des cinq organismes de bienfaisance qui commémorent les efforts du Génie militaire canadien, soit :

  • Le musée du Génie militaire canadien – l’intention étant de préparer une exposition sur la campagne d’Italie à l’École du génie militaire des Forces canadiennes (EGMFC).
  • La filiale Fort York 165 de la Légion royale canadienne – une plaque placée à la chapelle Sunnybrook, à la mémoire des membres du CRGC tombés en Italie.
  • Petard Corp – le financement du catalogage et de la numérisation des archives de Bruce Savage concernant le CRGC en Italie.
  • Monument Peace Through Valour – l’installation d’une plaque sur le monument commémorant la libération de l’Italie par les Canadiens afin de mettre en lumière le CRGC.
  • École de Crestwood – encourager les étudiants qui interviewent d’anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale.

Quiconque aimerait obtenir un exemplaire du livre Yet Another River to Cross – The Royal Canadian Engineers in the Italian Campaign 1943-1945 doit adresser sa demande à Malcolm Hamilton en écrivant à hamilton47@rogers.com.