Des Éleves-officiers de GMC conquient la plus haute montagne en Afrique

Deux CMEs fières, Élof Fraser CLark et Élof Jacques Pecora, au pic de Uhuru.
Une équipe en extase au plus haut endoit d'Afrique
L'équipe de Kilimandjaro de CMR sur le terrain de parade
La vue du pic de Uhuru de la site de camp de Shira II.
Publication Date 
14 Jan 2020

Par EO Jacques D. Pecora, GRC

Le Collège militaire royal du Canada s'est engagé à former des officiers subalternes qui dirigent avec distinction toutes les branches des Forces canadiennes. Une façon de le faire consiste à offrir aux élèves-officiers des occasions et des défis uniques. Pendant les vacances de Noël, un groupe de neuf élofs ont été envoyés en Tanzanie pour grimper au point culminant de l'Afrique, le mont Kilimandjaro. 

Après deux ans de planification et de préparation, le groupe de neuf, accompagné d'un Adjum, ont eu l'expérience d'une vie. Le mont Kilimandjaro est un volcan dormant qui se trouve à la frontière entre la Tanzanie et le Kenya. Son sommet, le pic Uhuru, domine le Serengeti à 5895 m d'altitude. Après sept jours de randonner, l'équipe RMC a conquis le sommet, mais elle a dû braver plusieurs défis. Le plus grand était le mal aigu des montagnes.

Il n'a pas fallu longtemps pour que le groupe, en bonne forme physique, soit atteint par le manque important d'oxygène à haute altitude. Le mal aigu des montagnes est la condition que le corps éprouve lorsqu'il manque d'oxygène. Il a été décrit comme la pire gueule de bois imaginable. Notre plan a été élaboré afin d'acclimater au mieux nos corps, mais malgré tous les efforts pour prévenir ses effets, les symptômes du mal aigu des montagnes se sont fait sentir par la majorité de l'équipe lors de la poussée finale du sommet (mais pas les ingénieurs).

Néanmoins, l'équipe a poursuivi son chemin, a gravi la montagne et a rendu le CMR fier. Après une descente en toute sécurité, l'équipe n'a pas pris de temps pour récupérer. Au lieu de cela, nous avons fait un safari de deux jours dans la jungle africaine. Au cours de ce safari, l'équipe a exploré les parcs nationaux de Tarangire et Ngorongoro.

Sur les 10 membres de l'équipe, deux se joindront fièrement aux ingénieurs royaux canadien alors qu'ils entament les BEOC 1.1 et 1.2 en mai de cette année.