Champion national des pompiers FireFit et World Firefighter Combat Challenge

FireFit Challenge
Publication Date 
07 Apr 2015

Par Angela Florcke 18 décember 2014

Qu’est-ce qui pourrait pousser un pompier à enfiler tout son équipement, y compris un appareil de protection respiratoire autonome (APRA), et à démontrer ses compétences dans une brutale course contre la montre sans un véritable incendie à combattre? En septembre dernier, un grand nombre de pompiers expérimentés et néophytes se sont rassemblés à Longueuil, au Québec, pour se mettre à l’épreuve dans le cadre du 21e championnat canadien des pompiers FireFit, une épreuve de force, d’endurance et de détermination, dans le but de démontrer leurs prouesses et leur compétence dans leur métier.

Le défi FireFit est un jeu pour l’élite des pompiers, mais c’est du sérieux quand on parle d’entraînement et de victoire. Les épreuves sont exténuantes et nécessitent un niveau de forme physique et d’endurance qui démontre bien le dévouement et la motivation des pompiers envers le concours et envers leur métier. Il faut donc absolument suivre un entraînement rigoureux avant l’événement (qui comprend les qualifications au niveau régional) pour avoir du succès dans la course FireFit. Voici quelques-unes de leurs exigences (visitez le site FireFit.com pour tous les détails):

  • L’épreuve individuelle: Il faut parcourir avec fluidité une course en six étapes simulant des tâches de pompiers souvent accomplies dans des situations d’urgence en portant tout l’équipement. Elle compte plusieurs catégories, comme les hommes et les femmes toutes catégories, les femmes de plus de 40 ans et les hommes de plus de 45, 50 et 55 ans.
  • La course à relais NXG-3: Course technique en équipe de deux nécessitant de la vitesse, de la concentration et du travail d’équipe pour parcourir neuf étapes d’épreuves physiques et mentales. Il faut également porter tout son équipement et effectuer un échange de bouteilles d’air au point milieu.
  • La course par équipes FireFit: Épreuve en six étapes pour laquelle les compétiteurs (trois à cinq membres d’un même service de pompiers) doivent porter un appareil respiratoire à haute pression Scott NxG et finir la course avant d’avoir épuisé leurs réserves d’air.

Lors du récent championnat canadien, les participants des BFC Gagetown et Halifax ont réalisé d’impressionnantes courses et ont obtenu d’excellents résultats, malgré des conditions difficiles, notamment des pluies diluviennes.

  • De la BFC Gagetown, le pompier FR1 Jonathan Betts a obtenu une honorable quatrième place sur 174 participants dans l’épreuve individuelle, avec un temps de 1:19. Avec son coéquipier, le chef de peloton David Nicolle (temps de 1 :40), ont également remporté la troisième place dans la course à relais NXG-3 Relay, avec un temps impressionnant de 1:32. Parmi les autres participants à l’épreuve individuelle, citons les pompiers FR1 Jason Gallant (temps de 1:56) et FR1 Steven Mcaleer (temps de 2:02).
  • De la BFC Halifax, le caporal Paul Rowsell a participé à l’épreuve individuelle et a obtenu un temps de 1:36, mais a subi une blessure qui l’a empêché de participer à d’autres épreuves. Le capitaine par intérim Rob Clarke (arrivé troisième dans la catégorie des plus de 40 ans dans l’épreuve individuelle) et le pompier FR1 Rene Alexander sont arrivés troisième dans la course à relais NXG-3 (catégorie des plus de 40 ans) avec un temps de 1:51.

Les champions nationaux sont ensuite allés participer au World’s Firefighter Combat Challenge, à Phoenix, en Arizona, en novembre. Le pompier FR1 Jonathan Betts est arrivé au neuvième rang sur 165 participants dans l’épreuve individuelle. De plus, lui et ses coéquipiers, le chef de peloton David Nicolle et le lieutenant Ryan Hallan (de la caserne de pompiers de Fredericton) sont arrivés troisièmes en termes de temps global par équipe. Le pompier FR1 Rene Alexander a également participé et a obtenu un temps de 1:39 dans la catégorie des plus de 40 ans.

Félicitations à tous les participants à ces deux événements!

Les heures, les semaines et les mois d’entraînement en préparation pour ces remarquables victoires créent certainement un grand sentiment de fierté et du devoir accompli. Un des participants, le pompier FR1 Jonathan Betts, a mentionné que le temps qu’ils ont passé à « apprendre certaines techniques » a été essentiel à leur succès. Parmi ces techniques, citons « la capacité d’être fluide dans toutes les transitions » entre les étapes de la course, ce qui nécessite non seulement de la vitesse, mais également « de l’agilité. »

Ce qu’il retire du Firefighter Combat Challenge? « J’aime l’esprit d’équipe. Tout le monde aide tout le monde à se dépasser leurs limites. » Mais c’est plus qu’une simple compétition. « Vous vous sentez plus fort quand vous faites votre travail, plus confiant en vos compétences de pompier », ce qui « inspire les autres à aller au gymnase pour s’entraîner. » Après tout, c’est plus qu’un travail, c’est une vocation. Et tout ce qu’on met dans l’entraînement, la préparation et l’augmentation du rendement peut faire une immense différence pour les pompiers et les personnes qu’ils servent.