Reco d'aérodrome - Station Nord - Groenland

RCAF members conduct grip-test of the compressed snow runway // Des membres de l’ARC effectuent des tests d’adhérence sur la piste de neige compactée.
Station Nord members conduct runway clearing Ops // Des membres de la Station Nord mènent des opérations de dégagement de pistes.
Poor weather conditions prohibit CC-177 flying Ops into Station Nord // Les mauvaises conditions climatiques empêchent la tenue d’Ops de vol de CC177 à la Station Nord.
Publication Date 
21 May 2015

Par le Capt M.T. Ledoux, O Ops Installation, CG 8 Ere

Le Service de logistique et d’ingénierie de l’escadre (SLI Ere) de la BFC Trenton a récemment envoyé deux membres de l’Esc GC Ere et de l’Esc Trsp/GEMRC à la Station Nord, au Groenland, du 14 avril au 1er mai 2015 pour effectuer une reco d’aérodrome visant la piste de neige compactée en soutien à des opérations d’essai impliquant un CC177 dans une installation militaire de la Défense danoise. L’objectif de la tâche : effectuer un suivi après une reco initiale menée par des membres du A4 GC de la 1re Division aérienne du Canada (1 DAC) et du 429 Esc, effectuer un test d’adhérence et vérifier les modifications apportées à l’aérodrome par des membres de la Station en vue de soutenir l’atterrissage, en toute sécurité, d’un CC177 de l’ARC.

La Station Nord est une station militaire situés à 650 miles marins de la base aérienne de Thulé. Elle sert à fournir des données météorologiques à Thulé, de même qu'à soutenir l’s patrouilles en traîneaux Sirius, qui ont pour rôle de faire valoir la souveraineté danoise dans le Parc national du Nord-Est du Groenland. Elle abrite six membres du Commandement arctique danois, qui sont affectés pendant 26 mois à la station, qui arrive au deuxième rang parmi les établissements permanents les plus septentrionaux au monde. Les militaires danois qui se portent volontaires et qui sont sélectionnés pour cette tâche doivent pratiquer un métier pertinent pour le Nord (charpentier, mécanicien, infirmier, etc.) et détenir un haut degré de débrouillardise, de capacités d’adaptation, d’ingéniosité et de résilience. Les militaires qui passent à travers le processus de sélection ne représentent pas seulement les valeurs centrales en matière de défense, ce qui comprend le professionnalisme, l’esprit d’équipe et la communication, mais également la devise de la Station : Ensom Men Stærk – Seul, mais fort.

En plus d’accueillir des membres de la Défense danoise, la Station Nord héberge également des scientifiques de la Station de recherche Villum (SRV), exploitée par l’Université Århus, au Danemark. Les recherches menées à la Station se concentrent sur la surveillance des changements climatiques et sur l’émission de particules par des entreprises étrangères, particules qui s’infiltrent ensuite dans le sol du Nord du Groenland.

Les déploiements dans l’Arctique comportent un certain nombre de difficultés. Les militaires qui se rendent dans le Nord peuvent être certains d’une chose : le jour et l’heure de départ d’un aéronef sont, au mieux, approximatifs. Les conditions météorologiques difficiles et les pannes d’aéronefs sont des éléments attendus dans tous les déploiements en Arctique. Néanmoins, c’est un équipage de vol du 436 Esc qui a réussi à faire atterrir le premier CC130J de l’ARC à la Station Nord pendant une des rares journées où le temps clair a eu le dessus.

Le lendemain, l’équipe de reco, composée d’un officier du génie construction et d’un Chauf MR, a commencé à évaluer les caractéristiques de l’aérodrome précisées par l’A4 GC de la 1 DAC qui permettraient de soutenir les opérations de CC177 à la station. Diverses modifications devaient être apportées à toutes les sections de l’aérodrome (piste, voie de circulation et aire de trafic) pour permettre à un CC177 d’atterrir et de se déplacer. La piste et la voie de circulation devaient être élargies, tous les objets non frangibles devaient être retirés de l’aérodrome, les bancs de neige qui allaient de six à quatorze pieds de hauteur devaient être réduits à un maximum de cinq pieds, les marqueurs d’aérodromes devaient être peints, le frottement sur la piste devait être mesuré, les capacités de sauvetage et de lutte contre les incendies d’aéronefs (SLIA) devaient être confirmées et les opérations de vidange de carburant devaient être vérifiées. Une fois toutes les modifications effectuées, l’A4 GC a été prévenu et les Ops de vol devaient commencer.

Malheureusement pour les membres des FAC sur le terrain, le CC177 n’a jamais pu mener des opérations d’essai à la station. La mission n’a en effet pas pu être menée en raison de troubles dans l’aéronef, ainsi que de conditions météorologiques difficiles, notamment des vents de 45 noeuds, un plafond de vol bas et une visibilité maximale de 100 mètres, et l’équipe sur le terrain a donc dû trouver un autre moyen de retourner au Canada. Heureusement, les deux membres de l’équipe ont pu monter à bord d’un C130J des Forces aériennes danoises (RDAF) et rentrer à Thulé quelques jours plus tard.

Au final, le lecteur se demande peut-être ce qui a été accompli. Tout d’abord, l’ARC a été en mesure de déployer du personnel à l’étranger, de préparer un aérodrome pour accueillir un aéronef de plus grande taille (l’Ilyushin IL76 ukrainien était le plus gros jusqu’à maintenant) et de démontrer l’interopérabilité entre les forces de l’OTAN dans le Nord. Elle a également mis en lumière une capacité unique en matière de génie, conservée par l’A4 GC de la 1 DAC, permettant aux membres de l’ARC ayant suivi le cours sur l’évaluation et la reconnaissance de surfaces d’aérodromes (ASAR) d’évaluer des aérodromes à conditions difficiles ou non préparés en soutien à des opérations nationales ou internationales.

Nous remercions et reconnaissons les membres des RDAF (Maj Jensen) et du Commandement arctique (WO 2nd Class Have, Sgt K.E. Kristensen, Sgt L.M. Kristensen, Sgt 1st Class Møller, PO2 Pedersen, PO2 Jensen et Sgt Smith), ainsi que l’A4 GC 1 DAC (Capt Van Tine) pour leur travail acharné de coordination des efforts au niveau tactique et de modification de l’aérodrome afin qu’il respecte les normes de l’ARC.

 

CHIMO!